Bruits de voisinage

Bruits de voisinage

Category : Non classé

Plus particulièrement en cette période de vacances, vous aspirez au calme et pourtant… votre voisin fait la fête tard dans la soirée, vous êtes réveillé en fanfare par la ponceuse du voisin, le chien d’à-côté hurle toute la journée en l’absence de son maître (peut-être même la nuit), impossible de manger dehors sans la tondeuse de voisin, …

Votre voisin n’est pas forcément de mauvaise foi et ne se rend peut-être pas compte de la gêne qu’il produit. Invitez-le à venir constater le niveau sonore pour qu’il prenne conscience de ce que vous vivez et essayez ensemble de chercher des solutions.
Nous vous rappelons que pour la quiétude de la population, chacun doit prendre ses précautions pour éviter que le voisinage ne soit gêné par des bruits répétés ou intempestifs émanant de vos activités ou de vos animaux.
En effet, l’arrêté préfectoral du 15 novembre 1999 précise que “tout bruit gênant, causé sans nécessité ou dû à un défaut de précaution, est interdit de jour comme de nuit”.

De simples règles de civisme peuvent suffire pour vivre en harmonie et en toute tranquillité dans notre village :

  • Prévenir ses voisins en cas de “festivités exceptionnelles”.
  • Faire attention à son chien (utiliser le collier anti-aboiement, par exemple). En effet, les propriétaires d’animaux, de chiens en particulier (ou ceux qui en ont la garde) sont tenus de prendre toutes mesures propres à préserver la tranquillité du voisinage de jour comme de nuit, sans pour cela porter atteinte à la santé de l’animal !
  • Effectuer ses travaux aux horaires réglementés par l’arrêté préfectoral, à savoir :

du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 19 h 30,

les samedis de 9 h à 12 h et de 15 h à 19 h,

les dimanches et jours fériés de 10 h à 12 h.

Il est recommandé d’engager des démarches amiables (entrevue, envoi d’un courrier, recours à un conciliateur de justice, …).
Dans certains cas, vous pouvez également faire appel aux forces de l’ordre pour faire constater le trouble. Une amende forfaitaire peut alors être infligée à l’auteur du trouble, pour un montant de 68 € si l’auteur des troubles règle l’amende immédiatement ou dans les 45 jours suivant le constat d’infraction (ou l’envoi de l’avis d’infraction s’il existe) ou 180 € au-delà de ce délai.

Comme pour bon nombre de problèmes de ce type, le moyen le plus efficace pour faire reculer le fléau du bruit, reste le plus élémentaire respect que réclame la vie en société.


Sed mi, id dolor sed ipsum diam leo venenatis Aenean lectus